Médias sociaux : quatre tendances pour la fin 2016

Reconnaissons-le, il n’y a rien de totalement neuf dans ces tendances : ces techniques ou usages existent depuis plusieurs mois, voire années. En revanche, nous avons l’assurance qu’elles vont se généraliser grâce à un accès technique plus simple et leur promotion par les plateformes.

1 — Le direct vidéo

La vidéo en direct a toujours été souhaitée et populaire : c’est le fantasme de sa propre chaîne de télévision, réalisé en partie par les youtubeurs et youtubeuses.

Alors qu’il y a seulement quelques années ouvrir un feed vidéo pour de la diffusion en direct était complexe voire coûteux, c’est devenu aujourd’hui extrêmement simple, à la fois pour le diffuseur comme pour le spectateur : il suffit d’un smartphone et d’une connexion suffisamment rapide (on peut ensuite raffiner avec un bon micro).

Les plateformes de médias sociaux misent beaucoup dessus et en font la promotion, à l’image de Facebook qui a fait monter son bouton Direct en haut à gauche de son application smartphone et en premier choix comme bouton pour l’application Pages.

Le bouton “Direct” de Facebook est très vite monté à la meilleure position de l’application smartphone

Le direct, c’est désormais le dernier refuge de la transparence totale : pas de tricherie possible avec le montage. C’est ce qu’explique très par exemple Alexiane Derain dans son billet Je suis liveuse sur Facebook et pourquoi vous devriez en faire autant :

Premier live beauté, je me démaquille en direct avec un produit jamais testé. Un crash test, ça passe ou ça casse, dans tous les cas impossible de complimenter le produit s’il est mauvais vu que tout le monde va voir le résultat en direct sans coupure, sans montage (on n’est pas en Télé-achat).

Outils :

  • Periscope (Twitter) ;
  • Facebook Live ;
  • Twitch (pour les jeux, mais pas seulement).

2 — La vidéo 360°

Voilà un usage qui risque de se développer avec la diffusion des casques de réalité virtuelle. Toutefois, pas forcément besoin d’équipement spécial pour regarder une vidéo 360, un smartphone ou un ordinateur suffisent largement.

Le prix des caméras 360 étant à la baisse, de plus en plus d’annonceurs et d’institutions vont pouvoir s’y intéresser et mettre en valeur leurs activités grâce à des vidéos complètement immersives.

Youtube propose cette fonctionnalité depuis mars 2015 (Wikipédia), de son côté Facebook la propose depuis moins longtemps mais est bien décidé à la promouvoir de manière plus agressive.

Ainsi, une fonction “guide” est proposée pour mieux montrer les points d’intérêts, comme si on guidait le regard d’un visiteur. Un “heatmap” pour les vidéos dépassant les 50 000 spectateurs est également disponible depuis mai 2016 et indique les zones de la vidéo les plus regardées (Blog du Modérateur).

Outils :

  • une caméra 360° pour la capture d’images ;
  • Facebook ou Youtube pour la diffusion ;
  • un casque de réalité virtuelle (Occulus Rift, Gear VR…) éventuellement.

3 — L’éphémère

À l’époque des fils RSS ou encore aujourd’hui avec les mails ou les notifications, les messages non lus s’empilent, s’accumulent, jusqu’à en arriver à un point où rattraper le retard est tout simplement humainement impossible.

Avec l’autodestruction des messages popularisée par Snapchat cette accumulation disparait, nous libérant du poids de rater des publications. Aux messageries privées qui détruisent les messages succèdent les “stories” dont la durée de vie n’excède pas vingt-quatre heures.

Instagram a carrément copié Snapchat, sans aucune vergogne, pour sa fonction Story : interface, stickers et autodestruction des messages.

Bien sûr, les snaps ou stories les plus connues et vues sont récupérées et mises sur youtube, ce qui casse le côté éphémère, mais tout le monde n’est pas Kim Kardashian.

Outils

  • Snapchat
  • Instagram

4 — L’image « dégradée »

Après le filtre Instagram censé magnifier une photo banale, voilà que débarquent des graffiti ou des autocollants qui « augmentent » l’image en la dégradant, ou en la salopant pour reprendre les mots d’André Gunther, historien de la culture visuelle à l’EHESS, cité dans cet article de Vincent Glad : Comment Snapchat a “salopé” l’image sacrée.

Devant la profusion d’images en tout genre et de diverses qualités, photos, vidéo (verticales ou horizontales), copies d’écran (ou photos d’écran), selfies… l’image a perdu son caractère sacré pour n’être plus que banal (et éphémère comme on l’a vu plus haut). Il est donc permis de lui faire subir quelques outrages, ces derniers lui conférant parfois une fonction informative supérieure à une image seule.

Les Stickers Twitter : collez-les tous !

Alors on n’hésite plus, et on tartine.

Outils :

  • Snapchat et ses graffiti, ses autocollants, ses filtres « masques »
  • Facebook et les autocollants sur les photos, les filtres de MSQRD
  • Twitter et les autocollants “Stickers”
  • Prisma et ses filtres façon bédé ou œuvres d’art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s